Maîs OGM en Occitanie

Publié le par eve.api-oc

L'arrêté ministériel du 20 mars 2007 oblige les producteurs a informer les autorités sur les semis de maïs transgéniques qu'ils effectuent. Ces chiffres sont relevés canton par canton et comptabilisés dans un registre national tenu par le ministère de l'Agriculture.

,Nous savons officiellement qu’il existe actuellement 19 815 ha cultivés en maîs OGM sur le sol de l’état français. Il s’agit du maïs « MON 810 », produit du semencier Monsanto et seule semence OGM à vocation commerciale autorisée à l’heure actuelle en France. sa culture est suspendue en Allemegne et L’Autriche, la Hongrie, la Pologne, la Grèce et  l’Italie ont un moratoire bloquant - au moins - cet OGM. 
La céréale transgénique est cultivée sur 2936 parcelles à travers l'état français. Ces données ont été publiées le 4 juillet sur le site gouvernemental

Greenpeace, l’organisation non gouvernementale de protection de la nature opposée aux OGM, a publié une carte intéressante ( la carte en PDF).

Les cultures OGM apparaissent clairement concentrées dans un quart sud-ouest de la France. On y voit que: deux cantons occitans, près de,Muret en Haute-Garonne, présentent 1.414 hectares de maïs transgénique sur une surface totale de 16 769 ha, soit 8.4% de la surface du canton planté en maîs « MON 810 »

Parmi les 84 cantons aquitains touchés par l'explosion de cette expérimentation, celui de Belin-Béliet en Gironde arrive en tête avec 500 ha, puis celui de Peyrehorade dans les Landes avec 362 ha.

 

Cette culture occupait environ 3.000 hectares en 2005, et 5.000 en 2006. Elle a été multiplié par quarante en 2007. Une progression qui s’explique par le bon prix que les producteurs retirent du MON 810. Outre les économies en insecticide, ils parviennent souvent à vendre leur produit au-delà du cours du maïs non-OGM.

 

La floraison de ces maîs risque d’entraîner une dispersion pollinique et une pollution génétique qui pourra perturber l’équilibre floral et la résistance aux produits utilisés en agriculture biologique. Il peut en outre etre très néfaste à l'apiculture

 

Les faucheurs volontaires demandent un moratoire pour la culture de pleins champs des OGM.

Publié dans occitanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article